gem pages image
gem pages image

Davines vous invite au cinéma

En 2015, Davines débute son partenariat en soutien du Champs Elysées Film Festival, un ensemble de films du cinéma indépendant français et américain, ayant lieu chaque année à Paris.

Le Champs Elysées Film Festival voit le jour en 2012 sous la direction de Sophie Dulac, Présidente et Fondatrice du Festival, dans le but de favoriser la rencontre entre les cinématographies indépendantes françaises et américaines. Avec la volonté affirmée de continuer à soutenir le Festival malgré les conditions sanitaires actuelles, Davines vous invite à la 9e édition qui se déroulera 100% en ligne et gratuitement du 9 au 16 juin.

"Nous sélectionnons chaque année des films audacieux, originaux, authentiques, sincères, qui parlent de liberté, d’émancipation et d’amour. Des films qui dessinent une certaine cartographie de leur pays et de leur époque, qui nous font rêver, réfléchir et qui nous donnent aussi à voir le monde autrement, souvent avec force et courage"

gem pages image

Justine Lévêque -Directrice Artistique 
Champs Elysées Film Festival


Comment est né le projet du Champs Elysées Film Festival ?

Champs-Elysées Film Festival, c’est une histoire d’amour pour le cinéma indépendant. Le festival a été créé en 2012 par Sophie Dulac, et il est né de différents constats : il n’y avait pas de grand festival de cinéma à Paris, aucune convention de coproduction existait (ni existe) entre la France et les Etats-Unis et il était également nécessaire de penser à un emplacement, un lieu d’action pouvant offrir un cadre à la hauteur de ce projet, d’où le choix des salles de cinéma des Champs Elysées.  Aujourd’hui, le Champs Elysées Film Festival est le plus grand festival de cinéma indépendant de la capitale se positionnant comme une plateforme de rencontre de la jeune création, un carrefour de promesses et d’amour pour les cinématographies indépendantes françaises & américaines.

Et la collaboration avec Davines ?

La collaboration avec Daviness’est mise en place à mon arrivée en 2015. Ce fut, il me semble, un coup de cœur réciproque. Une superbe rencontre tant avec votre marque, qui commençait tout juste à s’installer à Paris, et avec Francesca Gualdi. Davines est notre partenaire beauté officiel depuis 6 ans et tous nos invité.e.s en raffolent chaque année. Nous tenons beaucoup à cette marque, humaine, intègre et connectée à notre monde et ses problématiques, ainsi qu’aux équipes qui la représentent. Nous vous sommes vraiment reconnaissant.e.s. de votre attachement réitéré chaque année à l’égard du festival.

Expliquez-nous le lien entre cinéma français et cinéma américain…

Les liens entre le cinéma français et le cinéma américain sont multiples. En ce qui nous concerne, il y avait dès le départ une volonté de mettre en lumière le pont qui existe entre ces deux pays,de souligner la façon dont ils s’influencent, s’observent, s’opposent et se complètent depuis la naissance même du cinéma. De nombreux réalisateur.trice.s français.e.s sont en effet fasciné.e.s tant par la lumière californienne, que par les déserts texans ou les buildings New Yorkais. Tout comme de nombreux talents américains voit le cinéma français et Paris comme une référence absolue ! C’est assez beau à observer. Naturellement, tout en mettant en exergue ces liens indéfectibles, nous souhaitions montrer un autre cinéma et voir ces deux pays autrement : par le prisme de la jeune création. Nous remarquons d’ailleurs chaque année de grandes similitudes dans les questions et revendications qui traversent ces deux pays, une superbe réciprocité par moment dans les sujets abordés. 

Le cinéma indépendant, un patrimoine culturel cher aux riverains…

Le festival se positionne comme étant une plateforme de rencontre de la jeune création et de l’indépendance tant cinématographique que musicale. Nous avons pour volonté d’être un festival de l’inédit, de la découverte, de l’inattendu et d’amener la contre-culture et l’indépendance sur les Champs-Elysées. Le cinéma d’auteur est cher aux français, je ne sais pas si nous pouvons le certifier pour le cinéma indépendant qui est aujourd’hui tant un mot qui effraie encore qu’un mot valise avec de nombreuses définitions possibles… Nous avons au festival notre vision propre avec pour mots d’ordre authenticité et liberté. Champs-Élysées Film Festival défend avec ferveur les talents émergents, la liberté de ton, les zones d’expérimentations et d’Essais cinématographiques que nous proposons chaque année dans le cadre de nos quatre compétitions ouvertes aux prix du Public. 

Comment va se dérouler cette édition ? 

Le festival est parvenu à maintenir sa ligne artistique et événementielle avec une séance d’ouverture, de superbes jurys, deux invités d’honneur d’exception, quatre compétitions avec une remise de Prix le 16 juin prochain, des showcases & DJ set quotidiens - un vrai festival mais à la maison ! Nous vous donnons rendez-vous du 9 au 16 juin sur notre site pour célébrer le cinéma, la musique et l’arrivée de l’été ensemble ! 

Dévoilez-nous les rdv incontournables de la programmation de cette année. 

TOUT ! Pour la première fois, l’intégralité des compétitions sera accessible online et dans la France entière. Le festival a fait le choix que l’accès à ces films soit 100% gratuit. Nous avons fait une grille de programmation pour les festivaliers, afin de créer des rendez-vous quotidiens comme sur n’importe quel festival. Les courts métragesainsi que notre nouvelle section « Musique & Cinéma », laquelle est portée par « Quartorze ans » - l’excellent premier film de Barbara Carlotti - seront disponibles sans limitation de places à partir du 9 juin. Les longs métragesen compétitions seront mis en ligne chaque jour à 18h à partir du 10 juin avec un nombre limité de places virtuelles pour chaque film. Cette compétition débutera avec « A l’Abordage » le lumineux dernier film de Guillaume Brac. Quant à la sélection américaine, elle met en lumière de puissants documentaires (tels que Bloody Nose, Empty Pockets de Bill & Turner Ross ou 17 Blocks de Davy Rothbart ) lesquels dressent un portrait des Etats-Unis d’aujourd’hui. 

Aussi, le public aura le plaisir de découvrir et d’écouter tous les jours à 19h des showcases from homede Barbara Carlotti, Clara Ysé, P.R2B, The Colorgrey et Lucie Antunes. 

Parlons des Masterclass avec les réalisateurs… Pouvez-vous nous endire plus ?

En ce qui concerne nos deux invités d'honneur d’exception, ils feront des master class online depuis l’Angleterre sur zoom. Rendez-vous donc le 10 juin à 18h pour rencontrer Stephen Frears et le 13 juin à 18h pour rencontrer Edgar Wright

La digitalisation et le cinéma, un défi à relever pour l’évolution du milieu culturel ?

En ce qui nous concerne, cette possibilité était dans nos esprits depuis le début du confinement.Et à mesure que le temps avançait, il semblait évident qu’une édition physique ne pouvait avoir lieu. Face à la situation, il y avait trois options possibles : annuler, reporter ou digitaliser. Le reporter n’a pas vraiment été envisagé : oui mais à quelle date ? Et il était hors de question de le reporter sur des dates où d’autres festivals ont lieu. Il nous semblait néanmoins nécessaire de poursuivre notre engagement de mise en lumière de jeunes talents, que ces courts et longs métrages que nous aimons tant rencontrent leur public et que ces œuvres continuent d’exister autrement. Nous avons choisi de le voir comme une opportunité exceptionnelle d’amener un certain cinéma indépendant à domicile. La digitalisation peut donc être tant une chance qu’un défi et nous l’avons d’autant plus constaté avec le confinement. Une certaine digitalisation de la culture nous a en effet permis de tenir. De manière plus générale, cela fait de nombreuses années que les plateformes ont investi les foyers mais je ne pense vraiment pas que les salles de cinéma, les musées ou les salles de concerts seront remplacées par le digital. Le confinement nous a aussi montré à quel point nous avions besoin de ces lieux et des interactions sociales qu’ils suscitent. Donc oui, il y a des défis et il y en aura d’autres à venir, il faut vivre avec son temps et accepter les évolutions mais les lieux de culture (et de fait de socialisation et de partage) seront toujours là, ils font partie de nos vies et de notre patrimoine.

gem pages image
gem pages image
gem pages image
gem pages image
gem pages image